dimanche 3 novembre 2013

mercredi 23 octobre 2013

lundi 26 août 2013

Photographier la nudité naturiste.

Il y a-t-il une différence entre photographier la nudité naturiste et la nudité en d’autres circonstances ?

Oui et la différence est de taille.

Dans la photographie de la nudité naturiste, le photographe n’est qu’un témoin de scène de vie et jamais un metteur en scène de la nudité. Il photographie des instants de vie où les personnes photographiées vaquent à leurs occupations en étant nues. Il n’a donc rien à dicter, il a juste à photographier en traduisant par ses photos, l’atmosphère du moment.

Comme son nom l’indique, la nudité naturiste est naturelle et doit le rester lorsqu’elle est photographiée. Et cette nudité naturelle ne s’appuie sur aucun critère. Elle est telle qu’elle et le reste pour être photographiée.

 Au-delà, il appartient au photographe de s’intégrer au milieu naturiste dans lequel il évolue pour photographier ces scènes de vie. Il a donc l’obligation d’y vivre, aussi, nu. Mais aussi de participer aux activités quotidiennes de ces personnes. Cela permet de mieux comprendre l’état d’esprit des personnes photographiées, de mieux comprendre leur art de vivre où la nudité a une définition non sexuelle mais bien de bien-être personnel et intérieur.

 Avec une autre obligation de taille : obtenir l’autorisation de ces personnes de les photographier ou de les filmer. Mais aussi et surtout, l’autorisation écrite et signée de pouvoir publier ces photos ou de diffuser ces films !

A partir de ces ingrédients, photographier la nudité naturiste devient passionnant. C’est ce que je fais avec Annick depuis 27 ans avec le plaisir de publier un livre photographique reprenant les plus belles photographies que j’ai réalisées d’elle durant ces 27 années.


Un hommage à Annick mais aussi à la nudité naturiste. 

samedi 24 août 2013

vendredi 23 août 2013

samedi 19 janvier 2013

S'capadez-vous !


S’Capades, une douce errance d’instants partagés d’ici et d’ailleurs mais aussi de l’intérieur.

Le couple d’artistes Annick TERWAGNE et Jean-François COLLIGNON nous a agréablement surpris l’an dernier, à la même époque en nous emmenant en voyage dans les dédales de leur duo d’iris.

Annick TERWAGNE a rejoint Jean-François COLLIGNON dans sa passion pour la photographie, ajoutant celle-ci à son panel artistique de pastelliste et sculptrice. 

Jean-François COLLIGNON depuis 2008, nous a ouvert un voile sur une autre facette de son talent artistique en présentant son regard sur le patrimoine de sa commune, Montigny-le-Tilleul. Mais, il nous a fait découvrir l’ampleur de son regard sur notre région par son étude photographique sur la Haute Sambre, sur la collégiale de Lobbes avant de nous subjuguer par l’étude photographique qu’il a réalisée pendant plus de cinq années sur l’abbaye d’Aulne et son vaste domaine. Etude qui se solde aujourd’hui par l’édition d’un magnifique livre photographique « l’Abbaye d’Aulne », un recueil de ses plus belles photographies de l’Abbaye.

Aujourd’hui, ils reviennent vers nous pour nous offrir leurs instants photographiques allant de la patinoire de Thuin, aux îles Canaries qu’ils ont visitées l’an dernier en passant par la Belle de mai, La Madeleine. Mais encore, ...

C’est au cours de ces escapades qu’ils ont fait la connaissance de la sculptrice carolorégienne Chris PARADIS.

Née à Charleroi en 1961, Chris PARADIS a été influencée durant son adolescence par la science-fiction et la bande dessinée fantastique.
Elève de l’académie des beaux-arts de Châtelet, son professeur Roland DUBOIS lui transmet l’amour de l’anatomie et de la terre.

Son plaisir est la création d’êtres étranges originaires d’un univers purement imaginatif et cependant terriblement humains. A l’expressivité dramatisée de la pause, des traits et du regard s’ajoute l’étude maitrisée de l’anatomie. C’est aussi la souplesse du modèle lissé sur la massivité de la terre et la finesse extrême de certaines parties constituantes qui, s’en échappant, frôlent la rupture possible. Antinomie ou recherche d’un certain yin et yang ?

Et si vous veniez vous S’capader avec Annick TERWAGNE, Chris PARADIS et Jean-François COLLIGNON ?

A voir à la galerie Intimerrance, rue Vandervelde, 95 à 6110 MONTIGNY-LE-TILLEUL du 9 au 23 février 2013 le mercredi et samedi de 15 à 17 heures et le vendredi de 17 à 19 heures ou sur rendez-vous.

Le vernissage de l’exposition se tiendra le vendredi 8 février 2013 de 19 à 21 heures.
Invitation cordiale à toutes et à tous. (Même sans carton d’invitation.)

mardi 1 janvier 2013

NudAnnick, le livre photographique.

Bonjour à tout le monde et mes meilleurs voeux photographiques pour l'année 2013.

Je vous présente le livre photographique que je viens d'éditer sur les 25 années de photographies que j'ai réalisées d'Annick, nue.

Pour moi, c'est un vibrant hommage que je rends à Annick qui a découvert la pose nue à l'âge de 30 ans et me confie toujours aujourd'hui, du haut de ses 56 ans, sa nudité pour que je la reproduise avec toute l'admiration que je lui porte.

Ce ne sont pas moins de 100 pages qui lui sont consacrées avec plus de 120 photographies en couleur et noir et blanc.

Il peut être commandé via mon adresse mail qui figure sur le bandeau de ce site.

Encore merci à Annick, ma superbe modèle.